L'origine du nom FERMANVILLE

 

Les noms de communes normandes nous réservent des surprises quand nous recherchons leur sens.
Certains se terminent en "_becq" ou "bec", ils viennent de "bekkr" en norrois et signifient "le ruisseau",
Certains se terminent en "_beuf" (et non "boeuf" comme il était d'usage de corriger l'orthographe des anciens au 19ème siècle), ils viennent de "buo" ou "buth", et veulent dire "la maison".
Certains encore se terminent en "_bourg", ils viennent de "borg" en norrois, et veulent dire "la fortification".
D'autres se terminent en "_tot", ils viennent de "torpt" ou "toft" en scandinave, et veulent dire "l'habitation".
D'autres encore se terminent en "_ville", ils viennent de "villa" en latin, et veulent dire "le domaine".

Pour Fermanville, le suffixe "_ville" ne pose aucun problème de compréhension, car ce suffixe signale le nom d'un domaine agricole. Mais il est plus difficile de définir ce que veut dire le préfixe" "Ferman_"

Le "domaine en fermage" ou le "domaine de la fibule" ?

Le suffixe "_villa" étant latin, la tentation immédiate est de chercher une origine latine au préfixe "Ferman-". Mais il vaudra certainement mieux chercher dans le vocabulaire latin médiéval que dans celui de l'Antiquité car nous n'avons aucune trace que les romains aient laissé ici un nom de lieu, un toponyme.

Ce préfixe "Ferman" pourrait faire référence à un "domaine loué" (Ferma). Ce, d'autant qu'il y eut des fermes du roi à Fermanville, des fermages royaux. Cependant cet événement fut bien plus tardif. Pour autant, bien avant, il aurait également pu s'agir de "firmarius-villa" : "le domaine en fermage".
Mais il pourrait encore s'agir du "domaine de la fibule" ou de la "boucle" (Fermallium) car le port de Fermanville attira les romains qui créèrent une voie romaine en direction d'Alauna (Valognes). Cela voudrait-il dire qu'une fibule ait pu être retrouvée quelques siècles après,  parmi des vestiges romains ? C'est tout à fait possible, cependant la forme particulière des côtes de Fermanville, faite de caps et de baies, aurait éventuellement pu évoquer une forme particulière évoquant un fermoir ? Les formes des côtes sont souvent à l'origine des noms de lieux.
Pour autant, mieux vaut rejeter ces propositions car le nom de "Farmanvilla" existait déjà clairement dès sa plus ancienne trace, au 12ème siècle. Ce fut un nom sans véritable évolution depuis, ce fut un nom visiblement invariable.

Une origine anglo-scandinave ?

Depuis le 19ème siècle, les érudits font remarquer que le suffixe "farman_" est celui d'un nom de famille anglais de probable origine scandinave. Fermanville aurait donc été le "domaine de Farman", le domaine d'un anglo-scandinave dénommé Farman.
Au 12ème siècle, il existe d'ailleurs des traces de "Farman" vivant en Angleterre. Or, au 12ème siècle, il y avait bien longtemps que les échanges étaient courant entre Angleterre et Normandie, puisqu'ils s'étaient intensifiés avec Emma, la tante du futur roi William 1er d'Agleterre : Guilaume le célèbre duc normand.

Dès lors, si l'on retient cette hypothèse séduisante, quelle est l'étymologie du nom "Farman" ?

Le domaine du berger ?

Si l'on considère que le nom "Far-man" est un nom d'homme ou de père (un patronyme), alors il faut se demander ce que veut dire "Far" ?
Les érudits ayant évoqué l'origine anglo-scandinave nous informent que "Farman" pourrait venir non de "Far" qui veut dire "loin", mais de "Faroë-Man", l'homme de Faroë.
Nous pensons alors spontannément aux îles Féroë qui s’appellent Færøerne en danois.
Farman serait-il donc "l'homme des îles Féroë" ? De prime abord, ce n'est pas impossible puisque l'on sait que le Val de Saire a été principalement colonisé par des Iro-Norvégiens, des Norvégiens qui se sont installés en Irlande avant de venir s'installer en Neustrie (le nom du nord de la France à l'époque). Or, il semble que les îles Feroë ont longtemps été un lieu de grands rassemblements et d'assemblées pour les marins vikings, pour débattre du choix de leurs chefs, pour prendre des décisions quant à leurs affaires publiques dont se répartir les cibles de leurs raids.

Mais tout ceci part sur une mauvaise base. En effet, en vieux danois, ces iles sont les FaerØerne mais le suffixe "Faer" veut dire "mouton" (le blason de l’ile Feroë représente encore un bélier) alors que c'est "Øerne" qui signifie "les îles".
Les Féroés signifient donc les îles du(des) mouton(s). Un "Faerman" pourrait alors être « l’homme aux moutons », « le berger » ?
Et Fermanville serait alors le « domaine du berger » ?

Sauf que le mot berger ne se traduit pas ainsi en vieux norrois ou en ancien danois ! C'est donc une nouvelle fausse piste.
 
Il est donc préférable d’étudier directement le nom Farman

Les détours que nous avons étudiés jusqu'alors ont apporté des conclusions bien fragiles voire franchement contestables.
Il est donc temps de faire simple et d'étudier le nom "Farman" à partir du vieux norrois ou du vieux danois, et non en faisant un détour par Rome ou l'Angleterre.
Justement, dans leur vocabulaire, le mot "farman" (ancien danois) ou "farmann" (ancien norrois) existe, et il désigne « le navigateur ».
Et "navigateur", ce mot du langage commun a bien été à l'origine de noms de famille comme Faerman et Farman.
... Fermanville, c’est donc le « domaine du navigateur ».

Quoi de plus surprenant quand on sait que Port Lévi aurait des origines datant du néolithique, et qu’il fut bien utilisé par les romains, et même par Guillaume le nouveau roi d'Angleterre lors de son premier retour en Normandie en mars 1067 ?

×