Signification du blason

Blason

 

Blason jmr azur et argent 2

 

 

Signification de la composition

 

a)      3 niveaux se rencontrent :

Blason jmr azur et argent explication 4

 

b)     Le Nouveau succède à l’Ancien Testament

Blason jmr azur et argent explication 5

 

c)      2 axes se croisent et font le X de Xristos (le Christ, l’oint en grec) :

Blason jmr azur et argent explication 6

 

d)     Signification des couleurs et des meubles (suite à une recherche internet) :

Le sens des couleurs :
Les meubles sont d’argent sur fond d’azur afin que ces couleurs témoignent du Christ :
    -  L'argent représente l'humilité, la pureté, la tempérance, la franchise.
    -  L'azur signifie la justice, la charité, la loyauté, la félicité éternelle, la vigilance, la beauté, la douceur, la richesse, la persévérance.

La figuration du Christ médiateur :
Image centrale, le Christ est représenté à partir de l’image de l’Agnus Dei selon ce qui fit le sens de sa mission : son sacrifice médiateur et réconciliateur entre monde terrestre et monde céleste.
Il est donc figuré à l’aide du meuble d’ « agneau porte-étendard » qui tient la bannière du Christ par sa patte dextre (droite) avant. Cet agneau est normalement représenté passant, représenté la tête entourée d'une auréole, dont on indique l'émail en précisant qu'il est nimbé ou auréolé.
Le meuble de l’agneau indique également un royaume abondant en prairies ou pâturages, tout comme l’agneau symbolise l'homme simple et paisible : l’humble roi désarmé et crucifié du royaume céleste.

L’axe de la pérégrination de la vie :
La pérégrination humaine est symbolisée dans l’espace terrestre par le meuble d’un « navire », sous la forme d’une esnèque (véritable nom du drakkar normand).
En héraldique, le meuble de la « barque » ou du « bateau simple » sont également synonymes de paix intérieure et d’état d’éveil, en référence au texte biblique de la tempête apaisée.
Et parce que la barque symbolise donc la confiance au milieu des événements contraires, ce meuble est parfois utilisé comme symbole de l'Eglise qui progresse vers la Parousie, au fil du temps, avec ceux qui sont librements montés à bord.

Depuis l’espace céleste, ce qui guide la pérégrination humaine est l’ « étoile » (polaire), mais surtout la « Didelta » : l’étoile de David, le dépositaire de la promesse divine de la venue du Messie que l’humanité rachetée est appelée à suivre.

L’axe des royautés :
Dans l’espace terrestre, le meuble des « deux léopards » normands signifie la royauté terrestre, une aspiration à ne pas subir et à chacun reprendre possession de notre vie… pour le meilleur en symbolisant souveraineté, autorité, force, courage, générosité, bravoure, sagesse, justice, énergie au service du bien… mais aussi au risque du pire quand la puissance débouche sur le pouvoir excessif.
D’ailleurs, dans l’ancien testament, plus précisément dans l’épisode du péché de Guilgal, Dieu dit tout sa crainte des royautés humaines et de ce qu’elles peuvent générer d’injuste.
C’est pourquoi, le Christ renverse la royauté : elle n’est ni le pouvoir de Pilate, ni le pouvoir d’Hérode, ni le pouvoir des grands-prêtres… Sa royauté est celle du service, par le don de soi, dans une vulnérabilité divine qui triomphe des toutes puissances terrestres.

Dans l’espace céleste, le meuble de « la Vierge à l’Enfant » est la réalisation de la promesse faite au roi David : la venue d’un Messie issu de sa lignée. Mais ce Messie est désarmant car c’est à la fois un enfant vulnérable né d’une femme, et le fils de Dieu le Père… lui-même Dieu fait homme.
Alpha et Oméga de la Création, le Christ accomplit ainsi la promesse de la Rédemption annoncée au début de la Genèse (premier livre de la Bible) par la naissance de l’enfant issu d’une vierge : l’incarnation du Christ en Marie la Theotokos (la Mère de Dieu). C’est pourquoi mère et fils figurent également dans l’Apocalypse (dernier livre de la Bible) comme symbole de la victoire finale pendant le combat eschatologique.
Chaque baptisé pérégrinant sur terre étant prêtre, roi et prophète (cf. Vatican II), chaque baptisé est donc roi de sa pratique de fidèle et libre d’agir selon sa foi, ce qui lui permet de tourner sa vie vers le second avènement du Christ : la Parousie attendue et espérée.
 

             e)     Le blason couronné et devisé :

Résultat des éléments précédents, le blason couronné (couronne d’épines) est suivi d’une devise : « Aime et sois libre en Christ » ou « Ama et sis liber in Christo ».
Ainsi, quelques soient les difficultés rencontrées pendant les pérégrinations de la vie (couronne d’épines), chaque baptisé est par vocation baptismale appelé à vivre humblement de la vie divine venue du Père et restaurée en chacun par la Rédemption (aimer), comme il est appelé à orienter et à conduire librement cette vie selon l’exemple du Christ, guidé par l’Esprit.

                                      Blason jmr azur et argent couronne 1

 

×