Curé et prêtres à Nacqueville au XVIème siècle

 

Bien implantés à Cherbourg, certains RAOULT deviennent prêtres à Naqueville, confirmant une bonne implantation durable dans la "région".

En effet, la Société des Sciences de Cherbourg nous transmet l'Histoire paroissiale de Nacqueville, d'Albert HUE, et plus particulièrement la liste de ses curés et prêtres :

Denys Raoul - 1590
Originaire de Nacqueville, il avait reçu le sous-diaconat, le 8 Décembre 1582, des mains de l'évêque de Séez. Il fut ordonné diacre à Coutances le 5 Mars 1583, par Philippe Troussey, évêque de Porphyre, suffragant de l'évêque de Coutances, Abbé commendataire de Saint-Nicolas-deBlanchelande. Il était prêtre lorsque l'église de Nacqueville, vacante par la résignation de Simon Duval, lui fut conférée vers le 6 Décembre 1590 par Nicolas de Briroy, vicaire général. Le siège de Coutances était alors vacant.
Raoult était encore curé en 1608, puisque, le 7 Septembre de cette année, il reconnaît une redevance, relativement « au clos de l'Osmosne ».
En même temps résident à Nacqueville plusieurs prêtres : Guillaume Mahieu, trésorier de l'église ; Jean Scelle et Pierre Piard.
En 1609, procédure est exercée par le procureur du Roi contre les religieux de Cherbourg pour les forcer à réparer le chœur de l'église, en leur qualité de patrons.

Jean Trigan - 1623
La liste du Synode pascal du 27 Avril 1623 nous apprend que la paroisse de Nacqueville est en déport, et que Jean Trigan est nommé curé. Le dernier titulaire avait donc disparu depuis moins d'une année. Le déport, en effet, était le droit qu'avaient certains évêques de prendre la première année de revenu des églises paroissiales qui vaquaient par mort, en dédommagement du soin qui leur incombait d'y faire célébrer l'Office divin.
Ce dernier titulaire était-il Denys Raoult ?
Jean Trigan figure sur la liste du Synode du 10 Avril 1646, mais avec cette mention «qu'il était excusé par le curé de Branville à cause de son vieil âge.»
Il est encore curé en 1649, d'après le testament de Guillaume Mahieu, qui donne à l'église de Nacqueville le clos Michaux et un clos de Belfontaine, pour fondation d'un obit ; plus tous ses ornements d'église, et 600 livres tournois à distribuer aux pauvres d'Urville, Nacqueville et Querqueville.
Témoins : Jean Trigan, curé, Jean Raoult, Jacques Leroy, Jean Lebourgeois, Jean Fleury, prêtres de Nacqueville.  
 
Charles Trigan - 1654-1673
Il est curé de Nacqueville en 1654, dit Le Livre Paroissial. Nous n'avons pu contrôler cette assertion. Était-ce le frère ou le neveu de Jean Trigan ?
[...] Le 4 Mai 1673, la cure était déclarée vacante par la mort de Charles Trigan.
Jean, Charles et Jacques Trigan appartenaient à l'une des plus anciennes familles de Nacqueville. Aussi ne faut-il pas s'étonner d'y trouver un petit village appelé la Trigannerie.
Prêtres présents dans la paroisse à cette époque : Jean Raoult et Thomas Grisel

La présence de plusieurs prêtres RAOULT dans cette cure moins prestigieuse que celle de Cherbourg, peu rémunérés et souvent aidés par leur famille, voire nourris par leur héritage, montre que la/les familles(s) RAOULT étaient suffisamment aisée(s) mais pas "dominante(s)".

Et cette présence à Nacqueville n'est qu'un aspect d'un développement plus large de ces familles, car à cette époque nous les trouvons également en Val de Saire : plutôt aisés, tabellions et laboureurs.

 

Sources :
Histoire paroissiale de Nacqueville, et plus particulièrement la Liste des curés et prètres de Nacqueville par Albert HUE, 
Disponible par la Société des Sciences de Cherbourg : http://www.societesciencescherbourg.org/downloads/iicuresetpretresdenacqueville.pdf

 

Blason jmr azur et argent 2

×